ANALYSE TRANSITIONNELLE NEUROLINGUISTIQUE

Pourquoi ce concept ?

Au fil de mon expérience de media-trainer, j’ai créé une approche du développement personnel dont les résultats jugés rapides m’ont conduit à en définir les principes. D’abord pour analyser mon travail, ensuite pour mieux le partager avec les thérapeutes qui veulent s’en inspirer… et m’inspirent en retour.

Ce qu’est l’Atnl

L’Analyse transitionnelle neuro-linguistique est un espace de transitions conjuguant analyse personnelle et media-training où chacun expérimente ce qu’il est, avec bienveillance et auto-dérision.

Pratiquée dans un lieu ressource de libre expression et dans un espace temps qui n’est pas comprimé, la séance se construit dans l’échange autour du mal-à-dire et de sa validation. L’analyse transitionnelle propose de mettre entre parenthèses la maladie, d’en comprendre le sens et d’affirmer ses désirs, ses choix pour améliorer ses attitudes au quotidien.

Ainsi, l’Atnl prépare le demandeur à communiquer dans son environnement le meilleur état d’être qu’il découvre en séance. Thérapie brève, l’analyse transitionnelle vise l’autonomie du patient. Ne se contentant pas d’éplucher les strates psychologiques, elle reprogramme peu à peu, par acte vocal, le métaprofil du sujet, c’est-à-dire sa manière d’appréhender, de penser et d’agir.

Le training s’appuie pour cela sur le sens profond des mots et des images qui font et défont la programmation mentale de chaque individu. Énergie fondamentale de l’être, reflet de ce qui nous anime, la voix guide le patient vers ses fondamentaux. Et ouvre ainsi de nouveaux chemins neuronaux afin d’oser être heureux, joyeux, contagieux… pleinement communicant.

Comment se déroule une séance

Tout est exploré en Atnl, le souffle qui met en vibration, les attitudes, le choix des mots pour parler des maux, la façon d’interpréter chaque phonème, les relations interpersonnelles, l’histoire de la maladie et tout ce qui se passe dans l’instant. La consultation se réalise dans un lieu où l’on peut s’exprimer sans limites, jouer, bouger, chanter, crier, pleurer, rire, respirer, parler… et chercher en tous sens à reconnaître le chemin de son existence.

Sur les chemins du changement, il peut donc être nécessaire de mettre le patient en dissonance cognitive pour qu’il puise en lui-même ses nouvelles consonances. Il s’agit de lui faire ressentir la présence d’un désaccord entre ses valeurs, ses pensées et ses croyances pour qu’il appréhende l’écart entre ses actes et ses convictions.

Du choc au choix des cultures

Ouvrir une voix plus juste crée forcément des résonances plus justes dans son environnement, générant de nouvelles rencontres, de nouvelles synergies. Pour partager mieux nos cultures, notre propre changement d’attitude est fondamental. fondamental. Comment pourrions-nous faire évoluer les images des autres sur nous-mêmes sans prendre le temps de considérer nos propres valeurs/pensées/croyances ? De même, comment accueillir l’Autre sans s’ouvrir soi-même ?

En analyse transitionnelle neuro-linguistique, les techniques de media-training sont utilisées pour accompagner le demandeur à se regarder en train de communiquer. Parfois les images du communicant sont capturées par du matériel audiovisuel afin d’optimiser les débriefing, jusqu’à lui offrir la possibilité de se regarder en train de se regarder à l’écran.

La suite des accompagnements consiste essentiellement à inciter le patient à expérimenter sa communication en élargissant encore sa sphère consciente et repositionnant mieux ceux qui, dans son environnement, tentent de jouer à envahir cette sphère.

* Le terme « Analyse transitionnelle » a été déposé à l’Inpi le 06 mars 2009, par Philippe RUBY.